Accueil > Le blog

Une rentrée, un bébé, et moi

16 septembre 2018

bboard4 mois quasiment que j'ai accouché. Que le temps passe vite ! Il y a pile 1 an, j'apprenais que j'allais être mère... Et me voila quinze jours après avoir fait ma rentrée. Je me pose quelques instants pour faire un petit bilan :

Une rentrée, un nouveau départ !

Comme pour tout le monde, la rentrée est synonyme de nouveau démarrage. Mais ça l'est d'autant plus quand vous avez chez vous avec un nouvel habitant :) C'est vraie petite une révolution ! Alors avant, la "freak control " que j'étais vous aurait dit qu'il fallait tout anticiper : le problème 1 qui allait arriver puis le problème de la solution que vous aviez trouvé pour votre problème 1. Puis le 2ème problème inhérent au 1 problème... Vous me suivez toujours ? Toujours avoir une longueur d'avance, voir 2 ou 3 même car on ne sait jamais ce qu'il peut arriver. Tout border, caler, décaler, réorganiser et c'est ainsi que je menais mon entreprise, ma vie...

Et puis STOP ! 9 mois pour mûrir, observer, ressentir et finir presque 4 mois plus tard par dire : c'était cool mais je n'ai plus envie de ça !

Aujourd'hui, je me sens apaisée, et beaucoup plus clairvoyante. Un peu comme si ma grossesse m'avait forcée à m'arrêter pour regarder tout autour (normal, je ne voyais même plus mes pieds !) et me poser les bonnes questions.

Alors, j'ai dit STOP :

  • à l'agenda surchargé (bon, pas tout à fait ces 15 premiers jours car c'était la remise en marche mais les semaines qui arrivent sont vachement plus sympa).
  • aux rendez-vous "perte d'énergie". Oui, vous savez, les rendez-vous qui vous bouffent toute votre énergie et dont vous savez avant d'y aller qu'ils ne servent à rien. Si si, au fond de nous, on le sait. Si on se fait confiance, que l'on respire, on la voit la réponse en gros : "NI VAS PAS, TU TE FATIGUE POUR RIEN, CE N'EST MÊME PAS UN MOMENT SYMPATHIQUE !"
  • aux aller-retours fatigants. Mieux vaut perdre de l'argent que son énergie qui pourra être mise à profit pour créer des choses qui rapportent plus tant sur le plan perso, que pro.
  • aux "mangeurs d'énergie". Toutes les personnes qui veulent être vos "amis" pour pouvoir dire qu'ils vous connaissent, vous côtoient pour toutes sortes de raisons qui leur sont propres. Ou parce qu'ils vous font croire que vous avez besoin d'eux alors qu'en fait, c'est eux qui ont besoin de vous. Oui, oui, je suis sûr que vous aussi voyez de quoi je parle. On a tous dans son entourage des "mangeurs d'énergie". Alors, il fut un certain temps, cela apparaissait agréable d'avoir l'impression d'être entouré d'"amis". Cela peut parfois rassurer mais en fait, quand on y pense, c'est simplement que rester seul fait peur. Et brasser de l'air et des gens donne l'impression d'exister et d'être moins seul. Mais en réalité, c'est bon d'être debout face à soi même ! Juste en tête à tête, faire corps avec soi pour pouvoir être apaisé et donner de bonnes ondes à ceux que l'on aime profondément.

Et j'ai ouvert les bras :

  • à mon bébé qui tous les matins me sourit avec une telle intensité que les rayons du soleil paraissent faibles. C'est une chance incroyable.
  • à la main tendu de mon compagnon qui tous les jours me montre que nous sommes une famille, une équipe et qu'il n' y a pas de mauvaises tâches.
  • à l'organisation d'un planning plus logique qui prend en compte tous les aspects de ma vie : famille, business, mes petits plaisirs de fille
  • à ma capacité de dire NON sans me sentir honteuse ni culpabiliser. La fermeté n'est pas de la méchanceté !
  • à moins de stress. Prendre du recul, aller à mon rythme et faire de mon mieux. Viser la qualité plutôt que la quantité. Être humaine tout simplement.

Et tout cela et bien c'est un kif de chaque instant ! J'ai repris mes cours, réorganisé mon planning. Je suis toujours aussi amoureuse de mon métier, mais il passe après ma famille. Mes clients m'ont manqué et je suis heureuse de les retrouver. J'ai laissé mon scooter pour le vélo électrique. Ce qui m'oblige à voir la vie plus cool au rythme de mon pédalage.

Et Physiquement ?

Ça va aussi ! Mon corps retrouve ses marques, ses formes. Un peu de patience encore pour la peau. Je sais que pour certains vous avez l'impression que j'ai absolument récupéré . Mais pas tout a fait : 9 mois pour faire et 9 mois pour défaire. Alors, oui je rentre dans mon 38 mais je n'ai pas encore retrouvé toutes mes sensations :

  • Mes abdos sont encore un peu faible. Ils ont besoin de temps.
  • Mon endurance musculaire est en cours de travail. Là aussi, il faudra encore du temps.
  • Ma souplesse revient peu à peu. N'oubliez pas que j'ai eu quelques soucis au niveau du bassin. Alors, je suis prudente et confiante.

J'ai repris la course à pied à la cool et mon yoga est mon compagnon de tous les jours, ma philosophie de vie !

Petite nouveauté : une tendinite à l'épaule gauche. Oui, oui, mon bébé est un peu lourd ! Alors passage obligatoire chez l'ostéo ! En fait rien de déplacé... Juste de très grosses tensions dans les trapèzes, l'épaule gauche (je suis gauchère), et la nuque bien raide. Au bout d'1h30 de manipulation, je retrouve mon épaule. J'ai appris que les hormones qui inondaient le corps de la femme enceinte étaient responsables de la laxité des tendons et ligaments. Et donc, avec la reprise du sport (un peu intense pour ma part), mon corps était plus sujet à des tendinites.

Voici donc les dispositions que j'ai prise pour m'aider à retravailler et vivre ma vie de maman sans trop de dégâts :

1 # Je bois de la chlorophylle avec mon eau minérale : 1 à 2 cuillère à soupe par jour dans ma bouteille d'eau. C'est un alcalinisateur, et permet donc de limiter l'acidité dans le corps et donc de lutter contre les inflammations. Au delà de ça, c'est un drainant naturel qui m'aide à éliminer mon petit gras ;)

2 # Je limite la viande : acide pour le corps. 2 à 3 fois dans la semaine.

3 # Je consomme beaucoup de légumes à feuilles vertes. Là encore parfait pour limiter l'acidité dans le corps.

4 # Je mets du Curcuma dans tous mes plats. C'est l'épice contre les inflammations !

5 # Je glace mon épaule quand j'ai mal puis je me couvre bien pour garder mon dos au chaud.

6 # Je fais de la cryothérapie : idéal pour les tendons, mais aussi le sommeil qui aide à la récupération !

7 # J'utilise encore plus mon écharpe de portage !

Bon, j'espère que votre rentrée s'est bien passée aussi et que vous prenez soin de vous !

Julie,

Postpartum : 1er mois avec Bébé

6 juillet 2018

Ju DeauvilleMe voilà enfin de retour pour vous raconter mes débuts de maman ! J'en ai mis du temps, je le sais... Mais j'avais besoin de m'habituer à ses petits yeux qui ne s'en remettent qu'à moi depuis cette première seconde de notre rencontre. Tomber en amour, comme je vous l'ai écrit sur Instagram le 21 mai dernier, sans pouvoir trouver les mots tellement ce moment fut merveilleux. Après 4 jours et nuits de contractions très douloureuses, ma petite poupée est enfin arrivée le lundi de l'ascension à 19h... Pour l'apéro :) C'est étrange mais durant ces 4 jours, j'étais à la fois impatiente de découvrir sa frimousse et complètement flippée de l'accouchement qui s'est pour le coup très bien passé. Après des jours et des heures d'attente Charlie-Rose est sortie en 30 min. Pas d'épisiotomie, ni déchirure, merci l'Epino, merci à mon obstétricien et à ma sage-femme.

Voilà donc 7 semaines que j'ai accouché et j'en ai mis du temps à sortir de ma bulle et réaliser que plus rien ne serait comme avant. J'ai eu droit au baby blues à mon retour de la maternité : 3 jours de "bad" provoqués par la chute des hormones et l'angoisse d'être de retour à la maison après avoir vécu 4 jours en vase clos avec bébé et entouré du staff médical. Je me rappelle encore de la question que je me suis posée en franchissant le pas de la porte : "Comment je vais faire maintenant ?" J'ai eu la chance d'être entourée par mon conjoint, quelques membres de ma famille et mes amis, qui ont su me soutenir durant ce moment de vacillement. Avec le recul, j'ai une pensée toute particulière aux mères qui ont vécu seules leur accouchement et cette période de transition si bouleversante... C'est dur tout simplement. Mais comme toujours la vie est bien faite. Quand le mental est en berne, il finit toujours par revenir au beau fixe. Car la vie, oui, c'est le mouvement ! Il faut savoir laisser passer les émotions, les observer et surtout ne pas les retenir. Juste qu'elles nous traversent. Une des clés pour retrouver son calme intérieur.

moi mamanMes premiers pas de maman ? La maternité, je l'apprivoise comme un nouveau métier... Un apprentissage de tous les jours. Une sorte de formation intensive car ce petit être que j'aime d'un amour inconditionnel bouleverse tout mon mode de vie. Depuis 7 semaines maintenant, je vis dans ce que j'appelle un "non rythme". Je suis décalée en permanence sur tout. La notion du temps telle qu'elle m'apparaissait n'est plus la même. Jusqu'à il y a 15 jours, j'oubliais de me laver, de manger et même d'aller aux toilettes ! Toute mon attention était sur ma princesse et son bien être. Il a fallu accepter. Laisser au lendemain les choses qui peuvent attendre. Répondre plus tard aux sollicitations et prioriser. Accepter de faire 1 tâche par jour au lieu des 15 habituelles... ça vous parle les femmes hyper-actives ? ;)

Et toujours les même questions pour rythmer mon quotidien :

* Respire t'elle pendant la nuit ?

Bon là, j'avoue que c'est plutôt la question de Chéri-chéri. C'est lui qui se lève au milieu de la nuit pour vérifier qu'elle bouger encore :) Moi, ce n'était pas vraiment mon angoisse (mais j'en ai eu une autre... Le point d'après !!) et puis j'étais tellement épuisée que j'arrivais à dormir. Je suis un peu comme un robot : si elle dort la nuit, je dors sinon ça va être la galère pour le reste de la journée. Instinct de survie :)

* Est-ce qu'elle déglutie correctement lorsqu'elle tète ?

J'ai fait le choix d'allaiter mais mon démarrage a été un peu fébrile. Ma petite crevette avait perdu un peu trop de poids lors des 3 premiers jours de sa naissance. La montée de lait a été un peu lente et puis, aussi parce que ma Charlie-Rose préférait dormir la nuit ! Ce qui, on ne va pas se mentir, nous ravie jusqu'à ce jour !

Quand je suis sortie de la maternité, j'avais donc la consigne de l'emmener régulièrement à la PMI pour la peser. Quoi, vous ne savez pas ce qu'est la PMI ?? Ben non, madame, je suis nouvelle dans le métier... Alors pour les ignorants comme ce fut mon cas : c'est la Protection Maternelle et Infantile. Un lieu où de gentilles dames accueillent les parents un peu angoissés à leur démarrage et les aident à peser bébé, et les rassurer etc. Bref, je ne vous raconte pas la pression que l'on vous met !!

En prenant un peu de distance, je crois que nous ne laissons plus faire Dame Nature. Notre corps a son propre rythme. On ne peut pas toujours tout maîtriser, calculer. Rentrer dans des normes, des courbes etc !! C'est terrible cette société actuelle... Du coup, avec Chéri-chéri nous nous sommes angoissés pour rien. Et nous avons fini par décider de lâcher le truc, vous voyez ? Stop à la pression extérieure. Fions-nous à notre instinct. Du jour au lendemain, hop, mon stress est parti et j'ai pu nourrir ma fille tranquillement sans avoir à me contorsionner pour vérifier qu'elle avalait bien. Mais surtout que je produisais bien un contenu nourrissant pour elle. C'est à ce moment précis que j'ai appris la première leçon donnée par ma fille qui tétait normalement : "Maman, fais-moi confiance !"

Aujourd'hui, elle pèse un peu plus de 3,6kg, dort toujours la nuit sauf si elle loupe le slut de 23h. Ce qui est arrivé lors de ses pics de croissance. Ah, là non plus vous ne connaissez pas ? C'est une période très marrante qui arrive à la 3ème, 6ème et 9ème semaine du bébé. C'est assez caractéristique chez les bébés allaités (dixit ma bonne fée Nathalie ma sage-femme) car ils recalibrent leurs "biberons humains" !!! En clair, votre doux bébé, se transforme en Gremlins pendant 72h et tètent non stop. C'est un peu flippant quand on ne le sait pas. Ensuite, on n'est mieux préparé mais on a toujours l'impression d'être la vache Milka !

* Va t'elle dormir cette nuit ?

C'est LA question des nouveaux parents. J'avoue que pour ma part, elle dort depuis ses 5 jours presque 6 à 8h par nuit. Merci ma chérie !!!

Pieds CR 6semLà, j'ai 3 hypothèses qui me sont propres :

1# Elle a gardé mon rythme effréné durant la grossesse. A savoir une bonne dose de sport dû à mon métier tout au long de la journée. Le soir, j'étais KO et m'endormais profondément. Je la sentais dans mon ventre de 21h à 23h puis plus rien. Je n'ai jamais été réveillée la nuit durant ma grossesse par ses mouvements. Coïncidence si à ce jour elle s'endort vers 23h ?

2# Ma pratique du yoga quotidienne pour gérer mes angoisses, et aider mon corps à ne pas souffrir des désagréments de la grossesse. Je me dis que cela a dû l'aider à trouver sa place, lui envoyer de bonnes ondes, ou l’anesthésier :)

3# Mon mantra : Je fais comme je peux !! Parfaite je ne le suis pas, et je travaille tous les jours sur moi pour lâcher prise. Je me dis que des années plus tard, ce travail porte enfin ses fruits ? Je découvre que nous sommes une équipe (papa, maman, Mia et notre Charlie-Rose) et que si l'on essaie d'être cool, il semblerait que ça se passe bien :)

Voilà voilà où nous en sommes actuellement. Dans mon prochain article, je vous parlerais de mon corps, ma récupération,de mes quelques astuces et de l'allaitement.

Et comme d'habitude, voici ma petite liste des mes précieuses aides pour mon démarrage de jeune maman :

* L'écharpe de portage : un vrai bonheur pour vous libérer les mains pour faire 2-3 trucs quand vous pourrez de nouveau vous lever plus longtemps. La mienne, une de mes élèves me l'a offerte. Merci ma Josyane. C'est la marque Liewood.

* Une ceinture lombaire : pour aider le ventre à se remettre et se sentir maintenue lors des premières longues stations debout ou assise.

* Pour mon bébé d'amour : le liniment Oleo-calcaire Bio de chez Babylena , les couches Love and Green sans perturbateurs endocriniens. Je vous ferais d'ailleurs un article plus poussé sur mes produits préférés pour Bébé.

Courage et plaisir à tous !

Julie,