Restons connectés

6 mois de grossesse : vive le sport

Où en sommes nous depuis ? En cette journée de la femme 2018 je m’interroge… Devrions-nous encore en 2018 avoir besoin d’une journée de la femme pour être valorisée, être l’égal des hommes et reconnues ? 2 siècles après cette déclaration en 1910, la création de la journée de la Femme est proposée… La date ne sera alors fixée qu’en 1917 (il y a 101 ans !!!). Puis c’est dans les années 70 avec le regain du féminisme que cette date sera réinvestie. 1977 la Journée Internationales de la Femme est officiellement reconnue par les Nations Unies. Et enFrance, c’est seulement depuis 1982 !!! Vous vous rendez compte, il y a 36 ans ! Et si on fait le bilan ? et bien ce n’est pas super glorieux à mon sens… Alors pour ma part, je ne suis pas hyper motivée de fêter cette journée car je pense qu’après 36 ans, ça devrait être toute l’année, tout le temps que nous devrions célébrer ce que nous sommes. Que nous ne devrions plus nous battre pour avoir les même salaires que ces messieurs, que nous devrions nous sentir à l’aide partout…Mais ce n’est que mon avis personnel… C’est un travail de fourmis que nos ainées ont démarré depuis de nombreuses années et qu’il faut poursuivre jour après jour et faire évoluer. Voilà, et ce n’est pas une parenthèse de femme enceinte de 6 mois pleine d’hormones femelles ! C’est ce que j’ai toujours pensé depuis très jeune… C’est certainement pour cela que je suis indépendante professionnellement, que j’ai préférée monter ma boîte plutôt que de subir ce « plafond de verre » social… Tiens d’ailleurs, savez-vous ce que m’avait dit un de mes collègues mâles et coach quelques semaines après être entrée dans un spa haut de gamme ? « Moi devenir coach personnel ? Ce n’était pas la peine, qu’il valait mieux que je perde 10 kilos et qu’avec un peu de chance, je pourrais être actrice lol J’avais 20 ans à l’époque… 1 année plus tard, je devenais sa supérieure et j’avais plus de clients que lui… Elle est belle l’histoire non, pour une femme ?! En parlant de perte de poids, je suis heureuse de vous annoncer qu’en ce 6ème mois de grossesse j’ai 8 kg de plus qu’avant ma grossesse ! Que mon tour de taille a augmenté de 20 cm et que j’ai du abdiqué avec mes brassières de sport et sous-vêtements habituels… Oui, bon, j’ai bien tenté de lutter et faire rentrer tout le monde dans mes brassières 38 et mes strings de sport mais j’étais saucissonnée telle une paupiette lol Du coup, je me suis fais un petit shopping obligatoire mais assez plaisant ! J’ai découvert une boutique sympa très à l’écoute : Fashion Mama. Il y en a plusieurs dans Paris et ils ont un site en ligne plutôt pas mal. Ce que j’ai adoré, c’est leur conseils et leur professionnalisme. Autre marque que j’ai découverte en cherchant mes maillots de bain de grossesse, c’est ENVIE DE FRAISE ! Ils ont aussi de belles tenues qui mettent vos nouvelles forme en valeur et s’adaptent à votre transformation ! Coté sport, où en sommes nous ? Et bien, je dois dire que je tiens la route ! Je me remercie tous les jours d’être sportive car je mesure semaine après semaine à quel point la prise de poids impacte tous les gestes du quotidien (lasser ses chaussures, se baisser, entrer dans la voiture, marcher à bonne cadence etc). Alors les filles, sans vouloir jouer les rabat-joies : il faut absolument bouger avant, et pendant votre grossesse. Avant car votre corps sera fort, votre musculature tonique et vous pourrez aider votre bébé à trouver sa place sans trop subir les transformations de ce nouveau corps. Pendant la grossesse, l’activité physique est primordiale car vous entretenez votre corps qui je vous le rappelle, est en location pour les 9 mois à venir ! Vous aidez ainsi bébé à bien s’installer, vous limitez les douleurs lombaires, douleurs de sciatiques, et les gros coups de mou qui sont inhérents à la grossesse. Vous entretenez grâce au sport un meilleur mental, une prise de recul suffisante et vous profitez à fond de ces mois si incroyables… Et en passant, vous êtes moins chiante avec votre entourage !!!! Merci les endorphines 🙂 Pour ma part, planning plus light coté sport. Je fais entre 1h à 2h30 de sport par jour. Alors, je vous arrête tout de suite… Avant d’être enceinte et parce que c’est mon métier je faisais près de 4h par jour et cela depuis des lustres. Il est donc normal pour moi de diminuer de moitié voir plus certains jours… Même si cela reste conséquent, c’est mon mode de vie. Je ne vous recommande donc pas de faire 2 h de sport par jour si avant vous n’en faisiez pas, hein ? on est d’accord ?! Et puis le sport pour moi, c’est comme les clopes de mon chéri-chéri : Un mode de vie, une drogue… Douce et meilleure que le tabac, cela va s’en dire… Allez, la suite la semaine prochaine… En attendant, je compte sur vous pour vous bouger un peu… Julie, votre coach]]>

5 mois de grossesse : bébé bouge !

Et la métamorphose physique continue : C’est hyper décomplexée que je vous annonce mon + 5kg et 5 cm de tour de fessiers lol ! Pour ce qui est de ma circonférence, c’est un + 11 cm de tour de ventre. Je vais vous faire sourire, mais avant quand je m’allongeais sur le dos, et que je relevais la tête je pouvais voir toute mon anatomie jusqu’aux orteils. En ce 5ème mois, c’est fini et ce n’est que le début !! Perturbant au niveau des repères tout de même 🙂 Petite réflexion très personnelle au passage… Je suis fatiguée de voir certaines filles « fitness skinny » faire n’importe quoi avec leur corps pendant leur grossesse. Entre exercices inappropriés, photos prônant la minceur enceinte, elles véhiculent une mauvaise image de la femme, du métier et renvoient à de nombreuses femmes non sportives de mauvaises choses culpabilisantes. Etre enceinte, c’est accueillir un bébé et accepter un changement pas simple certes, mais un changement de corps et donc il est nécessaire d’adapter ses séances, son rythme et bannir certains exercices. Le sport enceinte est très bien, mais dans le respect de son corps. Surtout que des études ont montré l’importance de l’activité physique sur l’amélioration des apports en oxygène au bébé et surtout le « Zen-atitude » de la maman 😉 Et la peau dans tout cela ? Je fais hyper attention et mets depuis le 1er mois de ma grossesse l’huile Klorane  » Huile vergetures Grossesse et Allaitement » à l’amande douce 2 à 3 fois par jour. Je dois dire que sa texture est sympa, peu épaisse mais très hydratante. Son odeur est douce et peu prononcée ce qui est d’autant plus agréable quand tout vous donne la nausée ;). A ce stade de ma grossesse, ma peau n’a pas bougé, excepté mon nombril qui change de forme. Il est plus plat. C’est étrange au toucher lol Je n’ai aucune trace, marque, vergetures ou autres surprises … alors si vous ne savez pas quoi mettre, je vous la recommande vivement. Tournage FA yoga Côté job ça donne quoi sur la Working Girl un peu « freak control » ? J’ai enchaîné les tournages pour Télématin, Téva, et pour mon entreprise… Je me sens en forme. Je fais corps avec mon bébé. I l semble avoir trouvé sa place ce qui me permet de pouvoir bouger presque comme je veux. Alors, je ne vais pas vous mentir, les tournages sont plus lents que d’habitude car je suis vite essoufflée. Du coup, je fais moins de prises, et cela me préserve. J’ai aussi remarqué qu’à chaque fin du tournage, mon ventre était plus gros, comme si mes muscles s’étaient détendus. C’est ça de plus en place utilisable pour bébé ! Je suis aussi partie début février à Île Maurice pour travailler à l’hôtel LONG BEACH RESORT: au programme 2 heures de sport tous les jours. Une heure de yoga Vinyasa le matin et 1 heure de renforcement musculaire en fin de journée. Tout s’est très bien passé. Seule la chaleur des premiers jours étaient un peu dure mais avec beaucoup d’eau, des siestes et de la baignade pour récupérer, c’était le pied ! Pour ce qui est de mon aménagement au quotidien, et pour assurer mes rendez-vous avec plus de sécurité, j’ai arrêté de me déplacer en scooter et j’ai misé sur la voiture ou le vélo électrique quand le soleil veut bien sortir son nez. Du coup, moi qui avait du mal à lâcher le rythme intense de ma course folle au rendez-vous, j’ai ralenti mes cours, travaille plus au bureau et espace plus mes rendez-vous. Là encore, ça bouscule beaucoup d’habitudes, pas facile tous les jours d’accepter ces changements mais j’y travaille ! Et sur le plan médical, ça donne quoi ? Prise de sang tous les mois pour vérifier la toxo… L’écho du 5ème mois révélait que mon bébé avait les bonnes mensurations. Il mesure entre 20 et 25 cm. On vérifie le cœur, la tête, sa colonne… J’ai même son poids : 500gr ! Et j’apprends qu’il bouge beaucoup ! « Ah bon ? Je ne m’en était pas aperçu tiens. Soit c’est un bébé yogi qui enchaîne les postures, soit c’est un futur boxeur !  » Nous découvrons aussi son visage. C’est merveilleux ces échos en 3D. Bébé était en train de bailler… Nous sommes aux anges et apaisés. Le gynéco m’a aussi demandé de me balader avec tout mon dossier médical à l’île Maurice et de mettre mes bas de contention pour les 11h de vol et de prendre un aspirine juste avant le vol pour optimiser la circulation. Mon nerf sciatique ne me fait presque plus souffrir, mon estomac peut recevoir un peu plus de nourriture. Globalement, je suis en bonne forme. Portrait Julie 5 moisEt la tête, ça va comment ? En ce 5ème mois, les hormones sont toujours en mode montagnes russes. J’ai eu beaucoup de mal à supporter les remarques incessantes des gens sur le fait de ne pas prendre assez de poids. Leur jugement sur mon métier, la quantité de sport hebdomadaire etc… Les questions du style : « quand arrêtes-tu de travailler, et de faire du sport ?  » Même si cela venait parfois d’un bon sentiment. J’avais l’impression de devoir me justifier constamment. Il faut être sacrément sur de soi et s’écouter pour assumer ses choix dans la vie et encore plus quand vous êtes enceinte. Depuis l’enfance, j’ai subi des remarques sur mon physique trop musclé à l’époque, sur la dose de sport pratiquée plus jeune (oui, pour la gymnastique c’était une bonne 20aine d’ heures par semaine depuis l’âge de 12ans) et là, rebelote… Sauf que je ne suis plus une enfant et qu’il faut savoir se détacher. Pas simple me direz-vous, surtout quand vos hormones vous font vriller en 2 secondes ! La différence pose toujours un problème et renvoie à l’autre beaucoup de chose. Et c’est d’autant plus vrai pendant la grossesse. Alors, je continue de m’appliquer cette devise : Fais de ton mieux et ce qui est bon pour toi ! Le yoga m’aide énormément, et me permet de lâcher prise au quotidien. Il apaise mes angoisses de femme, de chef d’entreprise, de future maman… Si je devais conclure ce 5ème mois, je dirai que pour moi, c’est la transition… Le passage où vous commencez à arrêter de vous battre contre tout car vous voyez bien que votre corps a pris le dessus et que vous êtes bel et bien enceinte avec cette petite vie qu’il faut chérir à l’intérieur. Julie]]>

4ème mois de grossesse : bassin en mutation !

Après 12 semaines de galères et de mutation, serais-je en train d’apercevoir la lumière au bout du tunnel ? Comme par enchantement, mes nausées se sont envolées du jour au lendemain ! Incroyable comme si nous avions un compteur intégré dans le corps. Je sens que je passe un cap, mon corps est en constante adaptation, tout bouge à l’intérieur. J’ai parfois des pertes d’équilibre car mon centre de gravité est en train de se déplacer vers l’extérieur. Conséquences de la grossesse ? certaines postures de yoga me demandent encore plus de concentration. Qu’est ce que cela va être d’ici quelques semaines ! Sur le plan médical, le 4ème mois est sportif : Étant à Paris, il faut s’organiser !!! C’est presque militaire. L’anticipation est le maître mot :

  • Choisir son hôpital et réserver sa place pour accoucher: et j’opte pour la solution d’être suivie et accouchée par le gynéco de l’hôpital suite aux recommandations de mon médecin généraliste. Du coup, me voilà avec un mec comme gynéco… Gloups, je dois passer le cap !
  • Caler toutes les échos et les rendez-vous : Après qu’il ait accepté mon dossier, me voilà avec des rendez-vous calés jusqu’au mois d’avril ! J’avoue que c’est stressant et moi qui ne vais jamais chez le médecin, et très rarement à la pharmacie en temps normal, j’ai l’impression d’être envahie par la médecine ! Et puis, tous ces rendez-vous, il faut leur trouver une place… Et quand on travaille en même temps, votre agenda devient un TETRIS géant ! Les cours, les agendas des coachs à gérer, les tournages à caler et des clients à chouchouter, les trajets à effectuer dans une ville au bord de l’explosion quotidienne…ça fait beaucoup… Il en faut des séances de yoga pour prendre du recul…
  • Rencontrer la sage-femme : Vous savez, cette bonne fée qui n’est autre ma cousine ! Oui j’ai opté pour un travail en famille, je suis très clanique… et elle m’annonce que j’ai 7 rendez-vous à caler pour être au point avant l’arrivée de Pépito ! Là, j’explose de rire tellement tout cela me paraît irréel. J’ai l’impression de basculer sur une autre planète ! Je me suis sentie dans un sens accompagnée par toute cette mise en place, mais aussi submergée de rendez-vous pas prévus à titre perso !!
Et dans tout cela, comment il va Pépito ? Nous avons fait notre petit bonhomme de chemin et avons passé le cap des 3 mois. Ce petit œuf magique est bel et bien accroché et a choisi de rester. Je suis aux anges. Pépito se porte hyper bien et je pense même que ce bébé a un tempérament déjà bien trempé ! Lors de cette première échographie à l’hôpital, nous avons ( la sage femme, mon compagnon et moi) tenté pendant 1 heure d’apercevoir son profil pour faire les vérifications mais il en avait décidé autrement. On s’y est repris à 3 fois. Je me revois en train de sauter à cloche-pied pour le secouer et tenter de le faire bouger. Mais non ! il nous tournait le dos, se grattait la tête mais n’était pas décidé. Cela nous a permis de voir sa magnifique colonne vertébrale et d’admirer la magie de notre corps. Néanmoins, je reste persuadée qu’il a le caractère têtu de son père ? lol J’ai aussi fait tous les tests, oui parce que à 35 ans vous êtes « vieille » et vous basculez dans la catégorie « grossesses qui commencent à être à risque » ! ça fait plaisir 🙂 Mais je m’en fous car Pépito a décidé de rester ! Ah, oui au fait, après cette écho, impossible de continuer à l’appeler Pépito ! J’ai eu la preuve devant mes yeux qu’un petit être était en mouvement et il ne ressemblait plus du tout à une graine; mais a un petit bébé tout chou. De Pépito, il est passé à BEBE !!! C’est un vrai cap dans ma tête. Je peux me laisser complètement glisser dans cette nouvelle vie sportive remplie d’amour… Bon, n’empêche que pour paraphraser une amie :  » Bébé organise sa chambre » et sur le plan physique se traduit par :
  • un ventre douloureux car ayant les abdos très compacts, mes organes sont mis à rude épreuve. C’est un peu comme faire le grand écart quand vous êtes raide comme un manche à balai 🙂 Les organes se déplaçant, ma tablette de chocolat s’écarte pour faire de la place, le muscle le plus profond, le transverse s’étire encore et encore, sauf que c’est tout l’inverse que je lui ai jusqu’à présent demandé ! Du coup, mon ventre me gratte, j’ai l’impression que ma sangle abdominale va exploser… et comme les abdos sont accrochés dans le dos, tout bouge !
  • le nerf sciatique droit me lance car la position allongée sur le coté la nuit étire fortement les muscles des fessiers, les ligament du bassin. Bassin qui est en mutation, qui s’ouvre… Allez + 5 cm de tour de fesses mais c’est pour la bonne cause !
Sur les conseils de mon généraliste, je file chez le kiné pour m’aider à faire de la place… Allez hop: 12 séances à caler dans l’agenda. Pour moi c’est la révélation : Je dois aider mon bébé à trouver sa place au quotidien, car plus il sera à l’aise, plus je serais en mesure de bouger et être détendue. La stratégie quotidienne du 4ème mois ? Gagner en souplesse
  • la taille
  • les abdos
  • l’avant des cuisses
  • détendre le bas du dos pour soulager la colonne et la garder bien mobile.La suite au prochain épisode car j’ai encore pas mal de chose à vous partager ! N’hésitez pas à partager aussi vos souvenirs ou conseils. C’est toujours intéressant de connaître aussi votre aventure !
Namasté! Julie]]>

Fin du 4 ème mois de grossesse : des choix à faire

mes séances de yoga pour faire de la place à bébé et soulager les bassins douloureux… J’espère que cela vous a servi car les changements à la fin de ce mois-ci ne sont pas terminés ! A cette période, les vacances de Noël approchaient et j’avais beaucoup de mal à gérer ma fatigue malgré mon regain d’énergie global. Ce n’était pas une fatigue de sportive comme lorsque je m’entraînais trop, ni celle de la chef d’entreprise qui était un peu surmenée… Non, c’était encore autre chose. Une fatigue inconnue : à la fois nerveuse due au stress constant et à la pression que je me mettais au quotidien, mélangée à une fatigue physique comme si j’étais vidée alors que je faisais moins de sport. En fait c’était simple, je devais me faire à l’idée que mon corps était en location à durée déterminée et que mon outil de travail était diminué au profit de mon bébé. Normal !!! Je suis enceinte !!! Au fil des jours, je me suis rendue compte que mon stress de vouloir tout concilier et de me dépêcher à m’organiser dans mon travail m’épuisait et qu’il ne fallait pas chercher à le contrôler mais plutôt suivre son rythme et se laisser porter. Le temps que j’assimile cela, mon corps m’avait sanctionné avec une belle infection urinaire. Et quand vous êtes enceinte, vous ne pouvez pas prendre tout les médicaments. Mon médecin m’avait alors donné : du spasfon, du doliprane et un antibio que j’ai évité de prendre jusqu’au dernier moment. A la place, j’ai misé :

  • sur l’eau avec du jus de citron à boire toute la journée,
  • des graines de canneberges ou cranberries que je consommais tous les jours par poignées !
  • de grandes siestes au chaud
  • des séances de yoga pour calmer mon esprit parfois trop nerveux.
Résultats : J’ai pu me passer de la prise de l’antibio. Une victoire car je ne suis pas tellement branché médicament. Sur le plan physique : A la fin de ce 4ème mois de grossesse, mon ventre apparaissait de plus en plus. J’avais pris 11 cm de tour de taille et 4 cm de tour de hanche ! J’avais aussi arrêté la course à pied, non pas parce que je mettais mon bébé en danger mais parce que cela ne m’apportait rien de plus. Je roulait déjà en vélo, faisait 3 h de sport par jour en moyenne, je devais maintenant laisser le running de coté. J’ai déchargé mon stress avec la méditation et le yoga tous les jours ! C’est aussi la période où j’avais arrêté le travail sur les abdominaux et les grands battements. Cela etait contreproductif alors que j’avais besoin de place dans mon ventre. Au niveau cardio, je étais essoufflée comme jamais ! Pendant mes cours de Yog’n Dance, parler en même temps que danser devenait de difficile. C’était drôle car j’avais l’impression de découvrir cette sensation d’être « à la ramasse en sport  » !! Une belle leçon d’humilité, cette grossesse. Bébé avais en ce 4ème mois, pris le dessus et je respirais bel et bien pour 2. J’ai appris chaque jour à nous gérer de mieux en mieux. D’ailleurs, le weekend, je partais faire de grandes balades en marche rapide et je négociais avec lui les phases de montées en lui promettant de ralentir lors des phase de plat et de descente ! Et ça marchait ! C’est important de garder une activité cardio enceinte car vous favorisez les échanges gazeux dans votre corps et donc vers votre bébé. Vous lui permettez d’être bien oxygéné et surtout vous sécrétez des endorphines « hormones du bonheur ». Vous êtes plus sereine et votre petit bout adore ça. Et dans la tête, c’était comment ? J’avais des phases maniaques avec le besoin de tout ranger, c’est toujours le cas aujourd’hui ! lol Que se soit à la maison, dans mon bureau… tout y passait. Impatiente et j’avais du mal à prioriser pour être efficace ! J’observais des montées d’angoisses, les moments de perte de confiance en moi avec toutes ces questions d’organisations. Je savais que c’était mes hormones qui déconnaient et que je devais attendre que cela passe mais pas si simple tous les jours. Quel challenge, quelle expérience intérieure incroyable. Au niveau professionnel, c’était la période d’annonce à mes collègues, partenaires, et clients… C’était aussi le temps d’organiser mes remplacements sur certains clients, organiser mes tournages avant de ne plus pouvoir tellement bouger lol ! Et puis la vie étant bien fait, je découvrais que je pouvais travailler autrement avec une moins grande pression et m’appuyer sur les autres. Alors à toutes les femmes, je crois que la conclusion de ce 4ème mois de grossesse, est de se faire confiance et de laisser faire les choses… En tous les cas, de faire de votre mieux et à votre rythme et pas celui des autres ! Un immense merci à Gilles-Marie Zimmermann pour ce shooting ! magnifiques photos ! Julie]]>

Les 3 premiers mois de grossesse

Le discours médical qui va bien : De retour de voyage, j’attrape froid, je suis KO et je suis en retard… Un petit test au bout de 7 jours qui s’avère positif et ma gynéco me confirme bien l’exactitude du test :  » Ah oui, 3 semaines de grossesse ! Avez-vous pensé à votre lieu d’accouchement ? Et puis je dois vous dire que 20% des premières grossesses sont des fausse-couches, c’est comme ça. C’est que l’oeuf n’était pas viable » Le ton est donné… L’enclume est au dessus de ma tête et c’est abasourdie que je ressors de cette consultation. C’est le grand écart. Je suis heureuse car c’est la première fois de ma vie que je suis enceinte et en même temps la réalité parisienne me gifle de plein fouet… Vie de gens pressés, stressés où l’anticipation et la méfiance sont une seconde peau… Tellement loin de ma philosophie: prendre le temps, écouter son corps, accueillir ce qu’il se passe comme on peut. La Stratégie mise en place : Il m’a fallu quelques jours pour que la sportive et la coach reprenne le dessus… J’établie donc une stratégie pour les 12 semaines qui arrivent : Je ne change rien à mes habitudes : sport, yoga, alimentation tout pareil, rythme dense et on verra bien ! Ah oui, un détail qui a toute son importance… Ce qui finira par être mon bébé d’amour sera nommé : « Pépito le haricot » jusqu’à la première échographie des 3 mois réglementaires ! 🙂 Comme ça, je garde mes distances. Et si par chance Pépito a envie de rester, de s’accrocher et de résister à mon rythme de vie, c’est que c’est un futur bébé warrior qui a choisi sa maman. julie yoga ibiza dos Mon nouveau corps : Dès le lendemain de mon rendez-vous chez la gynéco, je suis prise de nausées ! Comme si mon corps avait pris le dessus sur ma tête.Ces nausées m’accompagneront 24h/24h pendant 12 semaines. Mais elles ne sont pas les seuls symptômes ! Elles sont venues accompagnées:

  • de grosses fatigues, mais je refuse de dormir l’après midi car trop compliqué pour émerger et donner mes cours.
  • de la disparition de ma fonction multitâche (mon dieu, suis-je dans la tête d’un homme ! Penser à un seul truc à la fois lol),
  • d’une couche de gras bien localisée sur la taille ! Je n’ai plus de taille !! On dirait un tronc d’arbre lol
  • et cerise sur le gâteau d’une paire de seins digne d’un magazine de charme mais tellement douloureuse que le simple fait de les regarder me faisait souffrir le martyr !
C’est à ce moment précis que j’ai eu une pensée pleine de compassion pour toutes mes clientes et copines à forte poitrine qui se plaignaient d’avoir mal quand elles faisaient du sport ! Mea culpa les filles… Je vous jure que je me mettrais dorénavant plus à votre place ! Mes joggings hebdomadaires sont devenus un calvaire, tout comme la position à plat ventre. Et je ne vous parle pas du chien tête en bas avec les nausées ! Mais malgré tout cela, je n’ai pas changer mon rythme. Pépito et moi avons fait un deal 😉 Du coup, j’ai opté pour des brassières plus serrés mais qui m’appuyaient sur le diaphragme. Compliqué de respirer et de digérer ! Ah oui, parlons en de la digestion et du transit lol Un rythme et une alimentation perturbée : Là encore, c’est la révolution… Quand vous maîtriser parfaitement votre corps, tant sur le plan de la respiration, que des mouvements, c’est tout votre mode de vie qui est bouleversé. Je ne digère plus malgré le fait que je mange toutes les 3 heures. Tout me donne la nausée. Et quand j’arrive à me nourrir car on en est là, je me sens mal avant comme après. Je décide de nouveau de mettre un autre plan d’action en marche :
  • St Yorre tu boiras toute la journée pour faire fonctionner ton transit qui était une Rolls avant et qui se voit ralenti comme jamais. Cette eau conseillée par mon médecin est très hydratante, riche en sels minéraux, magnésium et potassium.
  • Pain de seigle ou complet tu consommeras quand ton corps voudra bien l’accepter. C’est riche en fibre donc bon pour le transit, et peu sucré donc parfait pour la glycémie 😉
  • de ton trio préféré des 3 mois tu te nourriras : mandarine, petits suisse nature et carottes crues ! Rien d’autre ne voulait passer ! Dans votre cas, si vous pouvez manger, allez y. Surtout ne faites pas cette diète en pensant que c’est ce qu’il faut faire pour être en forme car la grossesse change vos goûts et nous sommes toutes différentes. Faites comme vous pouvez 😉
  • Un kit de survie tu garderas : le chewing-gum. En le mâchant 10-15 minutes, il fait fonctionner l’ estomac non stop. Alors normalement, on évite même quand on n’est pas enceinte. Mais là, je vous assure qu’avec mes cours de gym et le reste de mon métier, je n’ai pas le choix ! Ma digestion s’accélère et je me sens mieux pour travailler.
Et ma tête, elle va comment ? Flippée 🙂 Car en 3 mois, c’est un vrai bouleversement de vie. Je me pose 10 000 questions à la seconde. Je suis en proie à des angoisses du style :
  • mais comment je vais m’organiser ?
  • si ça dure 9 mois ainsi, comment je vais faire pour travailler ?
  • est ce que les gens voient que je suis en pleine mutation physique ? lol
  • et après, je le mets où Pépito ? Sur mon scooter ? avec une nounou ? à la crèche ?
  • financièrement, ça se passe comment quand ton job est basé sur ton corps comme un outil de travail ??
Mes hormones sont tellement envahissante que je suis speed puis la seconde d’après, je rentre à la maison et chéri me demande gentiment : comment ça va ? Et là, c’est le drame !! Je pleure toutes les larmes de mon corps mais je ne sais pas pourquoi lol Bref, et je vous en passe… Pour le coté sport, je vous prépare la suite lors de mon prochaine article. J’espère que cela vous a fait sourire et surtout déculpabiliser. Car sincèrement ce premier trimestre ne me fait pas rêver. Ah si ! Juste sur un point : je suis admirative de la capacité qu’à notre corps à se transformer. Belle semaine, Julie]]>

A l’aube d’une nouvelle vie !

  • d’abord en tant que femme
  • puis de sportive
  • en tant que coach forme et bien être
  • et enfin pour la businesswoman que je suis. Être à son compte et être future maman c’est un sport !
  • 
    
    
    Bref, j’ai donc envie de vivre cette grossesse avec vous comme une expérience au jour le jour et de vous raconter tout cela avec beaucoup d’humour et d’honnêteté en insistant sur des points tel que l’alimentation, les changements d’entraînement, les émotions fluctuantes, le changement de corps, le regard de la société etc etc…
    smart portrait
    Je ne suis pas du style à tellement mâcher mes mots (maux !!!) et je pense que dire tout haut ce que les femmes pensent tout bas sur la grossesse est un peu une partie de la mission que je me suis donnée 🙂 Comme beaucoup de femmes, j’ai tendance à tout maîtriser, et à commencer par mon corps depuis mon enfance. 25 h de gymnastique par semaine depuis votre plus jeune âge, ça marque un peu quand même !!
    Je n’ai jamais été le genre de fille à vouloir être mère à tout pris. Après l’annonce de ma grossesse, je me suis penchée sur les blogs de maternité, de femmes en quête de maternité… La détresse que cela pouvait provoquer… Je ne me suis jamais sentie ainsi. D’ailleurs pour tout vous dire, adolescente je ne voulais même pas du tout d’enfant. J’étais bien trop occupée par mes entrainements de sport et mon planning de compétition. Ce qui m’a valu les foudres de mes copines d’internat qui s’insurgeaient lorsque je leur faisais par de ma non envie ! Au fil des années, j’ai évolué mais en me disant que si les choses devaient arriver, elles arriveraient. Mais que je n’étais pas pressée ni prête à tout pour avoir un enfant. D’ailleurs, je suis persuadée que c’est tout au fond de nous, dans notre inconscient que les choses se jouent. Un jour, on trouve le bon papa ou il nous trouve (un autre sport en soi !!) et avant même de penser: « c’est le bon » votre corps est déjà en pleine mutation 🙂
    J’ai donc choisi de mener ma barque, m’éclater dans mon travail, voyager, monter ma société de m’épanouir au contact des autres. Croquer la vie à pleine dent avec cette philosophie très yogique:  » Les choses arrivent quand elles doivent arriver, il faut laisser faire les choses…et profiter de chaque instant » C’est donc dans cet état d’esprit que je vis depuis pas mal d’années… Et je pense que cette grossesse est arrivée au moment où ma vie avait le gout d’une douce balade au fil de l’eau…
    Alors, prêt à ouvrir ce nouveau chapitre qui arrive en début de semaine prochaine ?
    Je compte sur votre soutien !
    Amicalement,
    Julie]]>