Restons connectés

Bienvenue dans son univers !
Blog

Comment gérer les douleurs de notre corps ?

Hello à toutes, je suis ravie de vous retrouver pour partager ce nouvel article !

J’ai eu envie de l’écrire car sur Instagram, et Facebook d’ailleurs, je reçois de nombreux messages me demandant de l’aide pour diverses causes de douleurs. Ne pouvant pas répondre à tout le monde, je tenais à vous exposer mon point de vue sur la relation à notre corps et aux messages qu’il nous envoie…

1-Les significations de nos douleurs : analyser la douleur

Parfois ceux sont des douleurs ponctuelles, ou chroniques. Elles peuvent être physiques ou psychiques comme une dépression ou des troubles du comportement, des angoisses qui vous paralysent dans certaines situations de votre quotidien.

Pour ma part, je m’interroge toujours sur la signification de mes douleurs :

  • Quand surviennent t’elles ?
  • Pourquoi cette douleur survient t’elle maintenant ?
  • Où est t’elle localisée dans mon corps ?
  • Est-ce une douleur qui me bloque, ou qui me ralentit ?

J’ai le souvenir d’une amie qui dès qu’elle démarrait ses vacances tombait malade. Et toujours une angine qui la mettait à plat les premiers jours de ses congés. En fait, son corps lui envoyait un message très clair : Son rythme quotidien était trop intense et elle encaissait une charge de travail trop importante. La douleur de la gorge lui indiquait qu’il était temps d’en parler ! De communiquer ! Car oui, la gorge est le siège du chakra de la gorge : Vishuddi, le siège de notre communication. C’est le 5ème de nos 7 chakras. Le siège de la parole, de nos désirs, de nos émotions… Intéressant non quand on y pense !?

Pour ma part, lorsque je donne trop de cours, mon dos (mon lombaire gauche pour être très précise) ou mes trapèzes me rappellent à l’ordre. C’est mon alarme pour me dire que je vais trop loin, que j’en fais trop et que mon corps en a marre d’être autant sollicité. Au début, je n’écoutais pas ! Les erreurs et la fougue de la jeunesse 🙂 Et avec le temps, j’ai fini par écouter ces messages. J’ai adapté mon rythme, j’ai su éviter la grosse douleur qui allait me bloquer et m’arrêter de travailler.

2- Ecouter son corps et comprendre ses douleurs :

Le ressenti, ça vous parle ?

La douleur ne se résume pas à la réalité physique. Parfois notre mental accentue les douleurs physiques car la douleur est plus profonde… Elle nous amène à nous poser des questions sur notre vie dans la globalité. Suis-je en accord avec moi-même ?

Le corps est douloureux mais c’est notre mental qui est la clé pour doser la douleur. Acceptons-nous cette douleur, ou luttons-nous et sommes-nous en opposition ?

Plus nos pensées et notre mental sont dans la résistance plus la douleur physique est intense. Il faut donc observer ses pensées qui accentuent la souffrance et réussir à trouver des pensées positives. Réaliser que le corps nous a envoyé un message pour changer notre façon de voir les choses… C’est ainsi que nous devenons acteur de la  diminution de notre souffrance.

3- La situation est temporaire… Comme la douleur

Autre solution, qui fonctionne bien :  se dire que  tout n’est que temporaire. Rien ne reste figé. Prendre du recul, se laisser du temps pour digérer les situations de la vie. Et trouver une solution lorsque nous aurons un regain d’énergie. Se laisser un temps d’acceptation de la douleur pour permettre de trouver un autre chemin pour avancer. Pas facile, mais tellement efficace.

Par exemple, vous venez d’apprendre la perte d’un de vos contrats. Peut survenir l’angoisse, la peur du lendemain. Des douleurs de ventre, le souffle coupé, une envie de vomir, des insomnies…

Il faut se laisser le temps d’intégrer cela. Comprendre que c’est le mental qui provoque ces douleurs. Qu’avec un peu de temps, vous réaliserez que la personne qui vous l’a annoncé avec un temps d’avance, vous a  permis d’anticiper. Au final, c’est mieux ainsi et que vous allez pouvoir mettre à profit ce temps pour autre chose de plus bénéfique intellectuellement, de plus enrichissant. Ou tout simplement avoir du temps pour vous et vous reposer, moins de transport, de stress…

Puis, une fois le mental plus posé, vous réaliserez que c’était une expérience qui  vous servira à autre chose plus tard.  « Je ne peux pas changer cela mais je peux accepter cette donne. Me reconnecter à moi-même en cultivant des pensées positive pour mon corps et l’aider à accepter cela ».

Quand on a mal au ventre suite à une nouvelle pareil, le simple fait de se poser et de respirer va permettre à la douleur de diminuer. Trouver une pensée  soulage et aide à avoir un bon ressenti physique. Telle une caresse sur votre épaule qui vous dira que les choses vont aller.

C’est un entrainement quotidien de votre mental. Et il faut accepter aussi que parfois, nous n’avons pas la force d’esprit pour mettre cela tout de suite en place.

Ce n’est pas quand on est énergiquement bas, en pleine crise de désespoir que l’on peut trouver des solutions. Mais c’est une fois que l’on a accueilli au mieux une situation, et que l’on retrouve  un regain d’énergie que l’on peut avancer et enfin comprendre la venue de cette douleur.

Ramenez l’attention sur le moment présent, sur vos sensations…

Une astuce qui m’aide lorsqu’une douleur survient : j’écrie le flot de mes pensées inspirées par la situation qui me gêne. Puis, je trouve des pensées qui vous réconfortent, je les cultive et les utilise comme un médicament tout aussi efficace que celui qui votre médecin vous prescrit sur une ordonnance. 😉

 

Namasté !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.