Restons connectés

L’Inde avec bébé

Bonjour à tous, me voici de retour !

Vous avez été nombreux à me demander un petit article sur mon voyage en Inde de 15 jours avec ma fille de presque 10 mois. Alors pourquoi cette destination ?

Tout simplement, parce que je suis connectée à l’Inde depuis ma première venue en 2013. Ce pays me remplit d’énergie et me permet de prendre du recul comme jamais. Chacun de mes voyages là-bas est une expérience profonde et un apprentissage sur moi-même devenu presque nécessaire.
En 2017, je suis partie dans le Kérala pour faire une cure ayurvédique près de Cochin et pratiquer le yoga et j’avais adoré. C’est d’ailleurs suite à ce voyage que quelques mois plus tard j’étais enceinte. Cela peut vous paraître dingue mais les mois suivant mon retour j’ai senti mon corps se transformer et s’arrondir, être plus féminin. 6 mois après j’attendais ma Charlie-Rose, mon corps était prêt à l’accueillir.

Je m’étais dit qu’après ma grossesse, je retournerais faire une retraite pour remercier mon corps et présenter ma famille à ce pays aussi contrasté que magique. Car on ne va pas se mentir, l’Inde peut aussi être très choquante, et perturbant notamment sur la condition de la femme qui dans certaines régions s’améliore peu à peu (le Kérala surtout).

Après des mois de discussions avec Chéri-chéri, je me suis lancé dans la préparation de ce voyage tout en couleur avec Myriam de In’Spir, Voyages & Sens que je remercie chaleureusement.

Pour ce voyage, j’avais 2 challenges :
Un bébé qui allait avoir 10 mois en mars et un chéri-chéri qui ne connaissait pas du tout ce pays et qui n’était pas emballé à l’Idée de faire plus de 10h de vol avec escale !
Pour le second, j’en fais mon affaire… Beaucoup de communication et un programme aux petits oignons pour qu’il apprécie le voyage par étapes ! Pour bébé, c’est autre chose… Il a fallu faire face beaucoup d’apriori et d’angoisses que les gens projettent sur vous.

  • « non mais tu ne vas pas partir en Inde avec un bébé ! »,
  • « moi, je ne le ferais jamais, c’est hyper dangereux »,
  • « tu n’as pas peur pour ton bébé ? »,
  •  » elle a ses vaccins ? »,
  •  » Et si elle attrape un truc là-bas ? »

Bon, j’avoue avoir répondu assez souvent que je comptais lui faire boire l’eau du Gange… Bref, passons, une fois de plus, il faut se faire confiance et se tourner vers son pédiatre pour avoir son avis. J’ai eu le feu vert du mien alors hop !!!

Etape 1 : Les valises
Nous étions 3… J’ai pris la grande valise pour Bébé et Papa, et le bagage cabine pour moi + un sac à dos et le sac à langer de bébé. Nous partions 15 jours alors dans la grande valise, j’ai mis :

  • des bodies manches longues et manches courtes
  • des T-shirts manches longues pour le soir et des leggings
  • Quelques petites robes sans manches, shorts , 2 chapeaux, lunettes de soleil, maillot de bain et des 5 couches de bain

Cela prend très peu de place…
La suite, est plus encombrante :

  • 70 couches, à raison de 5 couches par jour, je me suis dit que je trouverais bien le reste sur place !
  • 10 plats tout faits ! J’avoue avoir culpabilisé car je prépare tout le jour même mais je me suis dit qu’elle n’en mourrait pas. Et puis l’alimentation là-bas étant à base de riz et de lentilles, je n’ai pas imaginé une minute qu’elle allait manquer de quoi que ce soit !
  • 1 boite de lait en poudre, l’autre étant dans le sac à dos.
  • Sa trousse de toilette habituelle avec le thermomètre, des compresses, son gel douche Teane, de l’antimoustique, crème solaire 50, du doliprane, des gouttes probiotiques, et de l’adyaril en cas de déshydratation.

Autant vous dire que ma valise, était résumée au minimum tout comme celle de Chéri-chéri.
Dans le sac à langer :

  • le pyjama de voyage, un body, une tenue body manches courtes + un pantalon léger.
  • les biberons (3)
  • le verre fermé pour l’eau
  • 5 couches + liniment et cotons
  • les doudous et quelques jouets

Dans le sac à dos :

  • les magazines (j’ai eu la prétention d’avoir le temps de les lire !!! lol Jamais réussi, ah, le réflexe de la vie d’avant !!
  • passeport + argent
  • spray visage pour rafraîchir et tout le petit bazar !

Et la poussette canne achetée spécialement pour l’occasion car elle rentre en cabine !
Bon, le voyage s’est bien passé. Bébé sur les genoux ou au sol pour jouer un peu. Et quand elle bougeait un peu trop, je me baladais dans l’allée des avions. On a géré et les gens ont été patients. Par contre à l’arrivée à Cochin, et comme nous avons eu un changement de vol, l’équipage de Bahreïn nous a pris la poussette et ne nous l’a jamais rendu. Nous inventant que nous la retrouverions sur notre prochain vol ! Merci Gulf Air pour votre professionnalisme ! Nous avons donc fait 15 jours en Inde sans poussette ! Vive l’écharpe de portage !

Etape 2 : Sur place
Que du bonheur… Nous avons bougé en tout 4 fois, surtout la première semaine car elle était réservée pour la visite de Cochin, des backwaters et d’un petit hôtel trop chou au coeur du Kérala à Kanam Estate, le Serenity. La dernière semaine, je faisais ma cure Ayurvédique dans le sud du Kérala au bord de la mer. Un petit paradis… Charlie-Rose a bien supporté les 34 degrés, elle transpirait pas mal et buvait beaucoup. Elle a beaucoup dormi avec nous ce qui n’était pas dans nos habitudes à Paris. Nous avons eu un peu peur de l’après mais en fait, ça ne l’a pas perturbée. Elle a retrouvé sa chambre et ses habitudes tout de suite et n’a pas cherché à négocier. Comme si les choses étaient bien claires depuis le départ ! Pour l’aider à réguler sa température corporelle, je la baignais tous les jours quand nous avions une piscine. Elle adore l’eau et depuis les bébés nageur et n’a jamais eu peur de l’eau avant. Elle aime gigoter sur le ventre, le dos, s’accrocher au rebord…

Coté nourriture :
On s’est retrouvé avec presque tous les plats sur les bras !!! Mademoiselle voulait manger comme nous ! Elle a adoré le riz et le Dhal… Le yaourt entier, les petites bananes plantain, qu’elle croquait toute seule avec ses 2 pauvres dents du bas 🙂 La pastèque, je ne vous raconte pas le carnage ! Les légumes mijotés et les chapatis !!!! Du coup, on a quand même alterné avec les repas préparés pour faire de la place dans la valise et ramener des souvenirs !!

Coté avion :
Nous avions une escale et en tout 10h de vol à l’aller et 11H au retour. Les gens ont été très compréhensifs et elle n’a pas hurlé outre mesure. Simplement râlée car elle ne trouvait pas son sommeil à cause de la lumière. J’ai beaucoup marché dans l’allée mais ça m’allait bien puisque j’avais oublié mes bas de contention lol Les décollages et atterrissages, rien à dire ! Je lui donnais à boire à ce moment-là !

Voilà, mon petit résumé ! J’espère qu’il vous a rassuré et que vous aurez aussi envie de voyager avec votre petit bout. J’ai fait confiance à ma fille, elle m’a rassurée (oui, oui) et je me suis fait aussi beaucoup confiance. Et résultats ? Tout s’est bien passé. Allez, prenez une belle respiration et préparer votre voyage !

Namasté !
Julie

5 mois postpartum : alors t’as récupéré ?

Et si on se faisait le petit bilan physique de ce 5ème mois postpartum ?

Je reçois beaucoup de questions à ce sujet ! Alors, je me suis dit qu’un petit article serait le bienvenu et que c’est aussi le moment de vous livrer mes astuces beauté et forme !

1# Est ce que j’ai retrouvé ma ligne ?
Globalement oui, je rentre dans mon jean « test » depuis les 3 mois et demi de ma fille. Mais, je savais à l’époque que mon corps était encore en train de changer car j’allaitais. Par contre, dans le détail, il reste du travail 🙂 Sachant que je ne me suis pas acharnée sur ma remise en forme, j’ai laissé faire mon corps. J’ai toujours été confiante là dessus. Souvent, pendant ma grossesse, on me demandait si ça ne ma stressait pas le « après bébé ». La nature est bien faite, mon corps n’allait pas zapper 30 ans d’activité sportive en 9 mois. 🙂
Alors si j’ai un conseil à vous donner : Reprenez en douceur ! Ne brusquez pas votre corps, ne lui transmettez pas plus d’angoisses qu’il doit déjà supporter ! Si vous étiez sportive avant, votre corps sait ce qu’il a à faire. En revanche si vous n’étiez pas sportive avant votre grossesse, il vous faudra un peu plus de temps pour retrouver votre ligne et la case « activité physique » doit désormais faire partie de votre mode de vie !

2# Est ce que j’ai récupéré de ma grossesse ?
Pour moi, se sont 2 choses différentes : avoir la ligne (la partie visible de l’iceberg) et avoir récupéré de sa grossesse ( sensation en profondeur). A cette question , je répondrais honnêtement que non 🙂 D’abord la peau de mon ventre change tous les jours. J’ai toujours été très sèche du ventre, mais 5 mois après, j’ai encore un petit excédent de peau autour du nombril. Genre un petit donut 🙂 C’est un mélange de petit gras qui finira par partir avec l’entrainement et la peau qui reprend peu à peu sa place. Pour l’aider au mieux, j’ai changé il y a peu de crème. Je suis passée à l’huile d’amande douce de chez Phytosun Aroms. Son odeur est très douce, et elle pénètre bien. Je sens que ma peau l’absorbe bien et lui redonne de l’élasticité. Je l’utilise aussi sur ma fille à la sortie de son bain. Posologie : 2 fois par jour !!!

Pour ce qui est de ma masse musculaire, ce mois-ci je commence sérieusement le travail. Alors, oui la reprise de mes cours m’aide au quotidien mais mon corps a besoin de plus pour progresser. Je cours donc les weekends, et alterne avec du renforcement musculaire et des séances de yoga plus intenses sur les abdos. Je sens d’ailleurs que cela tire pas mal au niveau de la symphyse pubienne (l’attache au niveau de l’os du bassin). J’y vais progressivement mais je ne lâche pas ! Mes abdos profonds ont besoin de retrouver leur tonicité. J’ai d’ailleurs 1 séance de kiné tous les 15 jours à présent. Mon ventre est donc d’apparence plat mais à l’intérieur, je sens que les meubles bougent encore un peu !!

3# Qu’est ce qui a changé ?
A ce stade de 5 mois postpartum, et bien pas mal de choses on changé :

  • Ma peau du corps et du visage !!! Elle est devenue plus sèche qu’avant. Je l’hydrate donc plusieurs fois par jour, surtout les jours où je donne plus de cours.

Mes produits phares pour le visage sont ceux de la gamme Chrono Active de chez Docteur Pierre Ricaud. Il y a quelques mois, j’avais découvert grâce à un partenariat leur gamme Body Coach pour le corps et j’avais beaucoup aimé. Lorsqu’ils m’ont demandé de découvrir leur nouvelle gamme pour le visage, j’ai tout de suite accepté de tester. Un vrai coup de coeur pour les texture qui correspondent très bien à ma nouvelle peau : un grand besoin d’hydratation mais qui avec le sport ne peut pas supporter des textures trop riches. Du coup, j’alterne avec le sérum Chrono Active en cours et fin de journée pour régénérer ma peau et le matin, j’attaque ma routine beauté avec la Crème Régénérante Anti-Rides Lift Eclat et le contour des yeux de la même gamme qui tient longtemps et me serre de base de maquillage. Oui, moi qui ne mettait pas de crème contour des yeux, je m’y suis mise car ma peau est devenue beaucoup trop sèche. Merci les hormones. Pour le corps, je suis très basique : Pure Calmille de chez Yves Rocher. Après chaque douche et parfois sur le visage au coucher ! C’est le pot de crème familiale quotidien !

Mes cheveux !!! Alors oui, je sais, c’est l’automne et bla-bla-bla, c’est normal de perdre ses cheveux. Oui, mais là, je vous assure que la chute des hormones en plus et je finis chauve d’ici peu. A chaque passage de mes doigts dans mes cheveux et j’ai la larme à l’oeil et je ne vous parle pas de l’état de la douche après mon shampoing !! Une catastrophe, j’ai l’impression que c’est mon chien qui est venue se laver ! Du coup j’ai décidé de faire la cure RF80 Fureterer. Une ampoule par semaine pour stimuler la repousse ! Je croise les doigts pour que cela fonctionne ou j’opterai pour l’option coiffeur version drastique !!!

  • Mes priorités :
    Je crois que c’est le 2ème effet de la dépression postpartum ! D’abord, vous vous prenez un bus en pleine face pour vous expliquer que maintenant, il faut changer 2-3 trucs et puis une fois que cela se calme, hop, c’est comme si vous quittiez votre ancienne peau. Un peu comme un serpent après la mue… Vous êtes à poil et en fait, c’est pas si mal ! Un vent de liberté malgré tous ces changements et ce nouveau planning réglé sur les biberons/couches de votre merveille !

Mon petit mantra pour finir : La vie est un mouvement perpétuel, vivre ce n’est pas vouloir figer les choses, mais s’adapter à chaque instant pour vivre le moment présent !

Bon dimanche !

Dépression postpartum, j’avoue !

Ma fille à 5 mois aujourd’hui ! Elle est en pleine forme, gazouille, papote avec elle même, fais ses vocalises ! Je devrais être la plus heureuse du monde. Je le suis mais j’ai des instants, des moments pas très « funs » depuis quelques semaines… A vrai dire depuis 3 semaines exactement. Oui, oui, tout coïncide parfaitement car notre corps ne laisse jamais rien au hasard… La magie de mère nature !

Il y a 3 semaines, j’arrêtais d’allaiter ma Charlie-Rose. Ça m’a bouleversée. Et ça non plus on ne me l’avait pas dit que j’allais sentir mes entrailles se tordre, que j’aurai l’impression de perdre ma fille. Impression purement fictive car la maternité ne se résume pas simplement à l’allaitement. Mes pensées me jouent alors des tours, elles sont sous le joug de mes hormones. Je le sais, mais pourtant je n’y échappe pas. On ne m’a pas dit non plus que j’allais me sentir seule et perdue. Comment est-ce possible ? Moi qui étais si indépendante, si forte dans ma vie de femme, de chef d’entreprise. Comment ce petit bout de chou a pu me rendre aussi faible. Faiblesse que j’aime par ailleurs, car elle me montre que l’on peut être solide en étant remplie d’amour.

Seule ? Je ne le suis pas. Je suis entourée, mon compagnon, ma famille, mes amis, mon travail. Il y a 3 semaines, j’ai aussi été bouleversée de sentir qu’il était temps pour mon couple, ma fille et moi de la laisser dormir dans sa chambre. Là encore, quelle épreuve ! Avec le recul, je me dis que nous parlons de 5 pas tout au plus qui me séparent de son berceau. Mais ces 5 ridicules petits pas me sont apparus tels une montagne infranchissable. Je me suis sentie dépossédée, immensément triste mais avec la certitude que c’était le bon timing. Qu’il était temps de l’aider à démarrer sa vie, et non vouloir la garder juste pour moi.

Alors oui, aujourd’hui elle a 5 mois, et nous avons déjà passé quelques belles étapes. J’ai un bébé sur-mesure qui est joyeux, qui fait ses nuits. Elle dort 10h, ne rechigne pas à aller se coucher, accepte les temps de sieste. Et malgré tout cela, je suis fatiguée… Malgré cette petite boule de bonheur quotidien (oui, elle ressemble en ce moment à un petit bouddha), je suis fatiguée, irritable, j’ai souvent envie de pleurer, je perds le contrôle sur tout… Bref, je n’ai pas peur de le dire, je me tape une belle déprime postpartum.

Et en le réalisant, en le disant et bien ça va presque mieux. J’en ai parlé à ma bonne fée qui m’a prescrit une cure d’homéopathie. Elle m’a aussi expliqué que je n’avais pas eu de babyblues très violent après mon accouchement, car cela n’avait duré que 3 jours. Mais quels 3 jours !!!! Et donc bien souvent, une dépression postpartum survient lors de la première année de naissance du bébé. Et bien voilà, je fais partie des 41% des femmes ! Alors, je vais être patiente, faire de mon mieux, attendre que ça passe, pratiquer encore et encore mes séances de yoga, et méditation, alléger encore mon planning et me laisser du temps. Ce n’est pas facile au quotidien, je dois laisser mon ego de coté ( je l’appelle mon voisin, expression que j’emprunte à ma tante ;)) et accepter cet état qui n’est que temporaire. D’ailleurs, j’en ai profité aujourd’hui pour ranger toutes mes affaires de maternité et d’allaitement dans des cartons. Là encore, cela m’a fait beaucoup de bien !

Et pour m’aider dans mon quotidien, je me cale des moments de cocooning chaque jour :

Alors si cela vous arrive aussi, ou que vous avez un coup de mou, et bien je ne peux que vous conseiller d’abord de vous l’avouer.Il n’y a pas de honte à avoir. Ça fait un bien fou, cela déculpabilise et ôte une pression au quotidien. Bougez, mettez vous au sport pour sécréter des endorphines (hormones du bonheur). Et puis parlez-en à votre médecin…

Je vous souhaite un bon dimanche à tous sous le signe de la bienveillance !

Namasté
Julie

Une rentrée, un bébé, et moi

4 mois quasiment que j’ai accouché. Que le temps passe vite ! Il y a pile 1 an, j’apprenais que j’allais être mère… Et me voila quinze jours après avoir fait ma rentrée. Je me pose quelques instants pour faire un petit bilan :

Une rentrée, un nouveau départ !
Comme pour tout le monde, la rentrée est synonyme de nouveau démarrage. Mais ça l’est d’autant plus quand vous avez chez vous avec un nouvel habitant 🙂 C’est vraie petite une révolution ! Alors avant, la « freak control  » que j’étais vous aurait dit qu’il fallait tout anticiper : le problème 1 qui allait arriver puis le problème de la solution que vous aviez trouvé pour votre problème 1. Puis le 2ème problème inhérent au 1 problème… Vous me suivez toujours ? Toujours avoir une longueur d’avance, voir 2 ou 3 même car on ne sait jamais ce qu’il peut arriver. Tout border, caler, décaler, réorganiser et c’est ainsi que je menais mon entreprise, ma vie…

Et puis STOP ! 9 mois pour mûrir, observer, ressentir et finir presque 4 mois plus tard par dire : c’était cool mais je n’ai plus envie de ça !
Aujourd’hui, je me sens apaisée, et beaucoup plus clairvoyante. Un peu comme si ma grossesse m’avait forcée à m’arrêter pour regarder tout autour (normal, je ne voyais même plus mes pieds !) et me poser les bonnes questions.

Alors, j’ai dit STOP :

  • à l’agenda surchargé (bon, pas tout à fait ces 15 premiers jours car c’était la remise en marche mais les semaines qui arrivent sont vachement plus sympa).
  • aux rendez-vous « perte d’énergie ». Oui, vous savez, les rendez-vous qui vous bouffent toute votre énergie et dont vous savez avant d’y aller qu’ils ne servent à rien. Si si, au fond de nous, on le sait. Si on se fait confiance, que l’on respire, on la voit la réponse en gros : « NI VAS PAS, TU TE FATIGUE POUR RIEN, CE N’EST MÊME PAS UN MOMENT SYMPATHIQUE ! »
  • aux aller-retours fatigants. Mieux vaut perdre de l’argent que son énergie qui pourra être mise à profit pour créer des choses qui rapportent plus tant sur le plan perso, que pro.
  • aux « mangeurs d’énergie ». Toutes les personnes qui veulent être vos « amis » pour pouvoir dire qu’ils vous connaissent, vous côtoient pour toutes sortes de raisons qui leur sont propres. Ou parce qu’ils vous font croire que vous avez besoin d’eux alors qu’en fait, c’est eux qui ont besoin de vous. Oui, oui, je suis sûr que vous aussi voyez de quoi je parle. On a tous dans son entourage des « mangeurs d’énergie ». Alors, il fut un certain temps, cela apparaissait agréable d’avoir l’impression d’être entouré d' »amis ». Cela peut parfois rassurer mais en fait, quand on y pense, c’est simplement que rester seul fait peur. Et brasser de l’air et des gens donne l’impression d’exister et d’être moins seul. Mais en réalité, c’est bon d’être debout face à soi même ! Juste en tête à tête, faire corps avec soi pour pouvoir être apaisé et donner de bonnes ondes à ceux que l’on aime profondément.

Et j’ai ouvert les bras :

  • à mon bébé qui tous les matins me sourit avec une telle intensité que les rayons du soleil paraissent faibles. C’est une chance incroyable.
  • à la main tendu de mon compagnon qui tous les jours me montre que nous sommes une famille, une équipe et qu’il n’ y a pas de mauvaises tâches.
  • à l’organisation d’un planning plus logique qui prend en compte tous les aspects de ma vie : famille, business, mes petits plaisirs de fille
  • à ma capacité de dire NON sans me sentir honteuse ni culpabiliser. La fermeté n’est pas de la méchanceté !
  • à moins de stress. Prendre du recul, aller à mon rythme et faire de mon mieux. Viser la qualité plutôt que la quantité. Être humaine tout simplement.

Et tout cela et bien c’est un kif de chaque instant ! J’ai repris mes cours, réorganisé mon planning. Je suis toujours aussi amoureuse de mon métier, mais il passe après ma famille. Mes clients m’ont manqué et je suis heureuse de les retrouver. J’ai laissé mon scooter pour le vélo électrique. Ce qui m’oblige à voir la vie plus cool au rythme de mon pédalage.

Et Physiquement ?
Ça va aussi ! Mon corps retrouve ses marques, ses formes. Un peu de patience encore pour la peau. Je sais que pour certains vous avez l’impression que j’ai absolument récupéré . Mais pas tout a fait : 9 mois pour faire et 9 mois pour défaire. Alors, oui je rentre dans mon 38 mais je n’ai pas encore retrouvé toutes mes sensations :

  • Mes abdos sont encore un peu faible. Ils ont besoin de temps.
  • Mon endurance musculaire est en cours de travail. Là aussi, il faudra encore du temps.
  • Ma souplesse revient peu à peu. N’oubliez pas que j’ai eu quelques soucis au niveau du bassin. Alors, je suis prudente et confiante.

J’ai repris la course à pied à la cool et mon yoga est mon compagnon de tous les jours, ma philosophie de vie !

Petite nouveauté : une tendinite à l’épaule gauche. Oui, oui, mon bébé est un peu lourd ! Alors passage obligatoire chez l’ostéo ! En fait rien de déplacé… Juste de très grosses tensions dans les trapèzes, l’épaule gauche (je suis gauchère), et la nuque bien raide. Au bout d’1h30 de manipulation, je retrouve mon épaule. J’ai appris que les hormones qui inondaient le corps de la femme enceinte étaient responsables de la laxité des tendons et ligaments. Et donc, avec la reprise du sport (un peu intense pour ma part), mon corps était plus sujet à des tendinites.
Voici donc les dispositions que j’ai prise pour m’aider à retravailler et vivre ma vie de maman sans trop de dégâts :

1 # Je bois de la chlorophylle avec mon eau minérale : 1 à 2 cuillère à soupe par jour dans ma bouteille d’eau. C’est un alcalinisateur, et permet donc de limiter l’acidité dans le corps et donc de lutter contre les inflammations. Au delà de ça, c’est un drainant naturel qui m’aide à éliminer mon petit gras 😉
2 # Je limite la viande : acide pour le corps. 2 à 3 fois dans la semaine.
3 # Je consomme beaucoup de légumes à feuilles vertes. Là encore parfait pour limiter l’acidité dans le corps.
4 # Je mets du Curcuma dans tous mes plats. C’est l’épice contre les inflammations !
5 # Je glace mon épaule quand j’ai mal puis je me couvre bien pour garder mon dos au chaud.
6 # Je fais de la cryothérapie : idéal pour les tendons, mais aussi le sommeil qui aide à la récupération !
7 # J’utilise encore plus mon écharpe de portage !

Bon, j’espère que votre rentrée s’est bien passée aussi et que vous prenez soin de vous !
Julie

Postpartum : 3ème mois après l'arrivée de bébé, mes astuces !

Une maman louve… Et puis physiquement, j’ai eu l’impression d’être passée sous un bus tellement mon corps était fatigué. Je ne me reconnaissais plus :

  • de nouvelles formes,
  • une peau très étirée,
  • des douleurs un peu partout.
  • Une endurance musculaire disparue.
  • Et toutes les questions qui vont bien : Vais-je retrouver mon énergie ? Comment ma vie va s’organiser ? Et mes sensations, cette connaissance de mon corps quasi par cœur, est ce que cela va revenir ?
Lors de ma grossesse, j’avais pris 13kg, peut être même 14 ! On n’est plus à un kilo près. 10 jours après avoir accouché, je me délestais de 10 kg. Hop, d’un coup ! Ça c’est un régime qui cartonne : Un bébé en moins, le placenta, l’eau dont est gorgé le corps. J’ai aussi décidé d‘allaiter ce qui accélère le métabolisme pour être productive mais fatigue énormément… Pendant 2 mois, j’ai laissé mon apparence de côté car mon unique objectif était de nourrir ma fille, de subvenir à ses besoins, de la chouchouter, de la protéger mais aussi de reconstruire ce corps de l’intérieur pour être moins fatiguée. Le sport, j’en avais plus tellement envie à vrai dire. Par contre, suite à de nombreux messages sur les réseaux sociaux, voici mes 2 exercices clés pour m’aider à récupérer et que je vous recommande vivement tout de suite après l’accouchement : – Bastrika Abdominal : Restez allongée et travaillez tous les jours votre ventre avec cette respiration. Elle permet dès le lendemain de votre accouchement d’aider vos organes à reprendre peu à peu leur place. installez-vous bien à plat sur votre lit, les jambes allongées, les mains derrière votre tête. Inspirez et gonflez le ventre doucement. Expirez et creusez votre ventre doucement au maximum. Puis, aspirez comme si vous plongiez la tête sous l’eau. Votre diaphragme s’ouvre alors. Maintenez le plus possible cette posture. Inspirez de nouveau et laissez votre ventre se gonfler à nouveau. Cette respiration est le secret de votre retour à la station debout sans trop de cata pour vos organes et un ventre plat. A faire tous les jours au moins 6 à 8 fois. Au début, ça fait mal puis vous verrez vite les résultats. – Les abdos par hypopression : Toujours allongée bien à plat, cette fois-ci les jambes fléchies. Décollez votre genou droit et montez votre cheville droite au moins à la hauteur de votre genou. Glissez les mains sur votre genoux droit. Inspirez en ouvrant bien les côtes, puis expirez en serrant très fort votre périnée et en rentrant le ventre sans bouger votre bas du dos. Changez ensuite de jambe. Cet exercice permet à vos grands droits de revenir à leur place en douceur et de redonner de la tonicité à votre périnée. C’est aussi un excellent travail pour le muscle transverse (sous la tablette de chocolat) de se resserrer. 8 fois de chaque jambe tous les jours. Cet été, j’ai repris le yoga, la marche… Le yoga très tranquillement car suite à mon accouchement, j’ai eu un déplacement de la symphyse pubienne ! Alors, oubliez, les postures qui sollicitent les ouvertures de bassin ou trop les abdos. Il a fallu être patiente, se concentrer sur la rééducation du périnée pour consolider tout cela. Aujourd’hui, ça va mieux, j’ai repris lors de mon dernier stage en Champagne la course à pied, le renforcement musculaire et presque toutes les postures de yoga. Mais je dois encore être patiente pour récupérer toute ma mobilité au niveau du bassin. Cela peut prendre encore 6 mois… Mais la bonne nouvelle, c’est que j’ai peu à peu retrouvé mon énergie et mes repères. Il me reste encore 1,5 kg à perdre pour retrouver mon poids d’avant grossesse. Mais le plus important est que je puisse rentrer dans mon jean « test » ! Que c’est bon pour le moral 🙂 Pour ce qui est de mon ventre et ma tonicité, le temps sera mon allié. Je me laisse jusqu’en novembre pour retrouver mon énergie et la totalité de mes capacités physiques ! N’oublions pas, il faut 9 mois pour faire un bébé et autant pour retrouver son corps. Et puis, on ne va pas se mentir, nous ne sommes pas toutes égales face à une grossesse. Par contre, le sport avant comme après est un précieux allié. On retrouve son énergie, l’envie de s’occuper de soi, et de la force pour s’occuper de nos bébés d’amour. Alors courage à vous toutes et belle rentrée à celles qui sont comme moi : de retour après une expérience incroyable ! Namasté ! Julie]]>

Postpartum : 1er mois avec Bébé

Epino, merci à mon obstétricien et à ma sage-femme. Voilà donc 7 semaines que j’ai accouché et j’en ai mis du temps à sortir de ma bulle et réaliser que plus rien ne serait comme avant. J’ai eu droit au baby blues à mon retour de la maternité : 3 jours de « bad » provoqués par la chute des hormones et l’angoisse d’être de retour à la maison après avoir vécu 4 jours en vase clos avec bébé et entouré du staff médical. Je me rappelle encore de la question que je me suis posée en franchissant le pas de la porte : « Comment je vais faire maintenant ? » J’ai eu la chance d’être entourée par mon conjoint, quelques membres de ma famille et mes amis, qui ont su me soutenir durant ce moment de vacillement. Avec le recul, j’ai une pensée toute particulière aux mères qui ont vécu seules leur accouchement et cette période de transition si bouleversante… C’est dur tout simplement. Mais comme toujours la vie est bien faite. Quand le mental est en berne, il finit toujours par revenir au beau fixe. Car la vie, oui, c’est le mouvement ! Il faut savoir laisser passer les émotions, les observer et surtout ne pas les retenir. Juste qu’elles nous traversent. Une des clés pour retrouver son calme intérieur. moi maman Mes premiers pas de maman ? La maternité, je l’apprivoise comme un nouveau métier… Un apprentissage de tous les jours. Une sorte de formation intensive car ce petit être que j’aime d’un amour inconditionnel bouleverse tout mon mode de vie. Depuis 7 semaines maintenant, je vis dans ce que j’appelle un « non rythme ». Je suis décalée en permanence sur tout. La notion du temps telle qu’elle m’apparaissait n’est plus la même. Jusqu’à il y a 15 jours, j’oubliais de me laver, de manger et même d’aller aux toilettes ! Toute mon attention était sur ma princesse et son bien être. Il a fallu accepter. Laisser au lendemain les choses qui peuvent attendre. Répondre plus tard aux sollicitations et prioriser. Accepter de faire 1 tâche par jour au lieu des 15 habituelles… ça vous parle les femmes hyper-actives ? 😉 Et toujours les même questions pour rythmer mon quotidien : * Respire t’elle pendant la nuit ? Bon là, j’avoue que c’est plutôt la question de Chéri-chéri. C’est lui qui se lève au milieu de la nuit pour vérifier qu’elle bouger encore 🙂 Moi, ce n’était pas vraiment mon angoisse (mais j’en ai eu une autre… Le point d’après !!) et puis j’étais tellement épuisée que j’arrivais à dormir. Je suis un peu comme un robot : si elle dort la nuit, je dors sinon ça va être la galère pour le reste de la journée. Instinct de survie 🙂 * Est-ce qu’elle déglutie correctement lorsqu’elle tète ? J’ai fait le choix d’allaiter mais mon démarrage a été un peu fébrile. Ma petite crevette avait perdu un peu trop de poids lors des 3 premiers jours de sa naissance. La montée de lait a été un peu lente et puis, aussi parce que ma Charlie-Rose préférait dormir la nuit ! Ce qui, on ne va pas se mentir, nous ravie jusqu’à ce jour ! Quand je suis sortie de la maternité, j’avais donc la consigne de l’emmener régulièrement à la PMI pour la peser. Quoi, vous ne savez pas ce qu’est la PMI ?? Ben non, madame, je suis nouvelle dans le métier… Alors pour les ignorants comme ce fut mon cas : c’est la Protection Maternelle et Infantile. Un lieu où de gentilles dames accueillent les parents un peu angoissés à leur démarrage et les aident à peser bébé, et les rassurer etc. Bref, je ne vous raconte pas la pression que l’on vous met !! En prenant un peu de distance, je crois que nous ne laissons plus faire Dame Nature. Notre corps a son propre rythme. On ne peut pas toujours tout maîtriser, calculer. Rentrer dans des normes, des courbes etc !! C’est terrible cette société actuelle… Du coup, avec Chéri-chéri nous nous sommes angoissés pour rien. Et nous avons fini par décider de lâcher le truc, vous voyez ? Stop à la pression extérieure. Fions-nous à notre instinct. Du jour au lendemain, hop, mon stress est parti et j’ai pu nourrir ma fille tranquillement sans avoir à me contorsionner pour vérifier qu’elle avalait bien. Mais surtout que je produisais bien un contenu nourrissant pour elle. C’est à ce moment précis que j’ai appris la première leçon donnée par ma fille qui tétait normalement : « Maman, fais-moi confiance ! » Aujourd’hui, elle pèse un peu plus de 3,6kg, dort toujours la nuit sauf si elle loupe le slut de 23h. Ce qui est arrivé lors de ses pics de croissance. Ah, là non plus vous ne connaissez pas ? C’est une période très marrante qui arrive à la 3ème, 6ème et 9ème semaine du bébé. C’est assez caractéristique chez les bébés allaités (dixit ma bonne fée Nathalie ma sage-femme) car ils recalibrent leurs « biberons humains » !!! En clair, votre doux bébé, se transforme en Gremlins pendant 72h et tètent non stop. C’est un peu flippant quand on ne le sait pas. Ensuite, on n’est mieux préparé mais on a toujours l’impression d’être la vache Milka ! * Va t’elle dormir cette nuit ? C’est LA question des nouveaux parents. J’avoue que pour ma part, elle dort depuis ses 5 jours presque 6 à 8h par nuit. Merci ma chérie !!! Pieds CR 6sem Là, j’ai 3 hypothèses qui me sont propres : 1# Elle a gardé mon rythme effréné durant la grossesse. A savoir une bonne dose de sport dû à mon métier tout au long de la journée. Le soir, j’étais KO et m’endormais profondément. Je la sentais dans mon ventre de 21h à 23h puis plus rien. Je n’ai jamais été réveillée la nuit durant ma grossesse par ses mouvements. Coïncidence si à ce jour elle s’endort vers 23h ? 2# Ma pratique du yoga quotidienne pour gérer mes angoisses, et aider mon corps à ne pas souffrir des désagréments de la grossesse. Je me dis que cela a dû l’aider à trouver sa place, lui envoyer de bonnes ondes, ou l’anesthésier 🙂 3# Mon mantra : Je fais comme je peux !! Parfaite je ne le suis pas, et je travaille tous les jours sur moi pour lâcher prise. Je me dis que des années plus tard, ce travail porte enfin ses fruits ? Je découvre que nous sommes une équipe (papa, maman, Mia et notre Charlie-Rose) et que si l’on essaie d’être cool, il semblerait que ça se passe bien 🙂 Voilà voilà où nous en sommes actuellement. Dans mon prochain article, je vous parlerais de mon corps, ma récupération,de mes quelques astuces et de l’allaitement. Et comme d’habitude, voici ma petite liste des mes précieuses aides pour mon démarrage de jeune maman : * L’écharpe de portage : un vrai bonheur pour vous libérer les mains pour faire 2-3 trucs quand vous pourrez de nouveau vous lever plus longtemps. La mienne, une de mes élèves me l’a offerte. Merci ma Josyane. C’est la marque Liewood. * Une ceinture lombaire : pour aider le ventre à se remettre et se sentir maintenue lors des premières longues stations debout ou assise.

* Pour mon bébé d’amour : le liniment Oleo-calcaire Bio de chez Babylena , les couches Love and Green sans perturbateurs endocriniens. Je vous ferais d’ailleurs un article plus poussé sur mes produits préférés pour Bébé. Courage et plaisir à tous ! Julie,]]>

9 mois de grossesse : Entre peur et excitation

Une semaine après mon arrêt, nous sommes partis avec Chéri-chéri en Champagne pour couper avec l’environnement trop speed parisien. La maison du bien-être m’a accueillie les bras ouverts. J’ai pu dormir, me poser, buller, tenter de faire un peu de jardinage mais mon ventre étant très imposant, toutes les tâches du quotidien sont un challenge à accomplir : ramasser une pince à linge au sol, ou prendre la panière à linge, manger sans se tacher ! La distance étant trop importante entre mon assiette et ma bouche !! Ah c’est glamour les dîners en tête à tête ! La position allongée est inconfortable, assise aussi, debout trop longtemps. Reste la position latérale de sécurité qui me va bien. Mais passer la journée ainsi, ce n’est pas possible ! Nous rentrons à Paris la semaine suivante… Je suis en semaine 36 de grossesse. C’est le choc ! Je suis prise d’angoisses nocturnes… Que de remous dans ma tête ! Je me bats avec les habitants de mon cerveau et dieu sait qu’ils sont nombreux. Pour la première fois depuis longtemps, j’ai peur. Peur du lendemain auquel je ne devrais pas penser car seul le moment présent compte. Peur de l’accouchement, démarrage de cette nouvelle vie. Peur pour ma vie, celle de mon bébé, de mon compagnon… Bref, vous voyez bien de quoi je parle ! Mon mental me joue des tours, je le sais, je le vois faire… Alors, j’essaye de laisser les émotions juste m’envahir, me traverser non s’installer ! C’est là le plus dur… Je sais que c’est le passage nécessaire pour mettre en place ma nouvelle vie. Le Yoga est alors une aide précieuse… Physiquement, comment je me sens ? Je me lève de plus en plus tard vers 9h30 presque tous les matins. C’est que j’en avais vraiment besoin. Car je suis plutôt à me lever à 6h-6h30 habituellement. En ce dernier mois de grossesse je suis à + 13 kg et je sens bien qu’ils sont là. 😉 Alors certains me diront que ce n’est pas beaucoup mais à porter au quotidien c’est un sacré poids surtout pour le dos et le bassin. Pour rappel, la prise de poids dite « normal » pour un enfant est de 8 à 15kg selon les médecins. Alors faites tout de même attention les filles si vous basculer de l’autre coté de la balance 😉 C’est bien de se faire plaisir, mais gardez en tête que votre bébé prend de plus en plus de poids lors de ce dernier mois et que 60% de ce que vous manger sont pour lui, mais vous gardez les 40% restants !!! Au niveau de ma circonférence, je suis à + 30 cm de tour de taille !! Je crois que j’ai tout pris dans le ventre. Heureusement pour moi, je n’ai pas de grosses douleurs dans les lombaires. Mais quand je me regarde de profil, j’en ai presque le vertige tellement ma colonne est creusée. Qu’est-ce que le corps est magique ! A ce stade, ce qui m’est le plus désagréable, c’est ma circulation sanguine. Étrange comme sensation, moi qui n’avais pas plus de problèmes que ça hormis quand je fais de très longs vols. Je me dis que c’est comme si je faisais tous les jours un Paris Pondichéry. 😉 Pour remédier à mon problème, je porte tous les jours des bas de contention ou mes jambières de compression pour la course. Un vrai bonheur car vous pouvez être pieds nus avec une grande jupe et personne ne voit rien ! Et tous les matins, j’ai mis en place une routine de yoga pour m’aider. Elle dure 10 min et me soulage instantanément. Voici en gros quelques exercices tiré de ma routine de yoga :

  • assise jambes tendues, les cercles de chevilles et poignets (20 cercles)
  • le chien 3 pattes tête en bas ( 4 x de chaque jambe)
  • sur le dos, cercles de chevilles en gardant le pied en direction du plafond (20 cercles)
Coté digestion : Je ne parviens plus à digérer correctement. Bien que mon ventre soit descendu, ma digestion reste compliquée. J’ai des remontées gastriques à chaque repas. Alors j’essaie de moins manger pendant les repas et de faire plus de collations. Je craque néanmoins plus facilement pour des bêtises : les petits écoliers par exemple !! Sur le plan médical : Le 14 mai, j’ai rendez vous avec les sages-femmes de Necker pour faire l’un des derniers points avant la livraison de mon colis tout doux ! Au programme : vérification de la position de bébé et du col de l’utérus, test urinaire et monitoring. Visiblement pas de stress à avoir, bébé n’a pas prévu de descendre tout de suite. J’entends le cœur du bébé battre, et battre et battre fougueusement. Je vérifie de mon côté, sur ma montre connectée et oui, on est pas coach pour rien ! Mes battements cardiaques sont à 56 bpm. Ce qui est tout à fait normal malgré 13kg en trop je reste une sportive ;). Par contre le cœur de bébé lui bat à 130 bpm. Ce qui correspond à la moyenne basse (de 120 à 160bpm) et que bien souvent lorsque le bébé sent les électrodes, il se met à bouger. C’est exactement ce qu’il se passe: une petite danse de notre bébé au contact des électrodes !!! Bon et bien il n’ y a plus qu’à vivre nos derniers instants de couple sans enfant. Nous terminons ta chambre, installons les dernières étagères, faisons ton lit, lavons tes vêtements… Quelles sensations !!! Attendre ce petit être, tout préparer sans le connaître… 7 jours plus tard, tu arrivais… Après 3 jours et 3 nuits de contractions. C’était dur, intense, et à la fois magique. Pas d’épisio, pas de déchirures. Merci EPI-NO, merci cher professeur, merci à ma bonne fée Sage-Femme et cousine Nathalie Derangèrepieds CR Merci à toutes les personnes qui m’ont entouré durant cette grossesse qui a changé ma vie : ma mère, ma grand mère, ma tante, le doc, Thib, mon amoureux si précieux mais cela va de soi. Mes copines et toutes les personnes dont je n’ai pas besoin de mentionner le nom qui se reconnaîtront, mes élèves chéris… Lundi de Pentecôte. Le lundi 21 mai 2018 à 18h54, je t’ai attrapé par les poignets et je t’ai posée sur mon ventre… Merci ma Charlie-Rose d’être entrée dans nos vies 10 jours avant la date prévue. Tu as choisi ton moment, ton timing, et c’est magique. Je crois que je peux te dire que Nous sommes nées le 21 mai 2018. La suite, je vous la raconterai dans un livre… Mes aides précieuses durant ce dernier mois :
  • Huile anti-vergetures de Weleda
  • Mes bas de compression BV Sport
  • Epi- No pour entraîner mon périnée presque tous les jours avant le jour J
  • Mes lectures : Mon corps après Bébé de Bernadette de Gasquet (un peu puriste sur les bords mais intéressant), le livre de France Carp : Anatomie d’une vie de femme épanouie qui m’a vidé la tête avant l’arrivée de Charlie-Rose. Une bonne dose de déculpabilisation 🙂
Belle journée à vous tous ! Julie,]]>

4ème mois de grossesse : bassin en mutation !

Après 12 semaines de galères et de mutation, serais-je en train d’apercevoir la lumière au bout du tunnel ? Comme par enchantement, mes nausées se sont envolées du jour au lendemain ! Incroyable comme si nous avions un compteur intégré dans le corps. Je sens que je passe un cap, mon corps est en constante adaptation, tout bouge à l’intérieur. J’ai parfois des pertes d’équilibre car mon centre de gravité est en train de se déplacer vers l’extérieur. Conséquences de la grossesse ? certaines postures de yoga me demandent encore plus de concentration. Qu’est ce que cela va être d’ici quelques semaines ! Sur le plan médical, le 4ème mois est sportif : Étant à Paris, il faut s’organiser !!! C’est presque militaire. L’anticipation est le maître mot :

  • Choisir son hôpital et réserver sa place pour accoucher: et j’opte pour la solution d’être suivie et accouchée par le gynéco de l’hôpital suite aux recommandations de mon médecin généraliste. Du coup, me voilà avec un mec comme gynéco… Gloups, je dois passer le cap !
  • Caler toutes les échos et les rendez-vous : Après qu’il ait accepté mon dossier, me voilà avec des rendez-vous calés jusqu’au mois d’avril ! J’avoue que c’est stressant et moi qui ne vais jamais chez le médecin, et très rarement à la pharmacie en temps normal, j’ai l’impression d’être envahie par la médecine ! Et puis, tous ces rendez-vous, il faut leur trouver une place… Et quand on travaille en même temps, votre agenda devient un TETRIS géant ! Les cours, les agendas des coachs à gérer, les tournages à caler et des clients à chouchouter, les trajets à effectuer dans une ville au bord de l’explosion quotidienne…ça fait beaucoup… Il en faut des séances de yoga pour prendre du recul…
  • Rencontrer la sage-femme : Vous savez, cette bonne fée qui n’est autre ma cousine ! Oui j’ai opté pour un travail en famille, je suis très clanique… et elle m’annonce que j’ai 7 rendez-vous à caler pour être au point avant l’arrivée de Pépito ! Là, j’explose de rire tellement tout cela me paraît irréel. J’ai l’impression de basculer sur une autre planète ! Je me suis sentie dans un sens accompagnée par toute cette mise en place, mais aussi submergée de rendez-vous pas prévus à titre perso !!
Et dans tout cela, comment il va Pépito ? Nous avons fait notre petit bonhomme de chemin et avons passé le cap des 3 mois. Ce petit œuf magique est bel et bien accroché et a choisi de rester. Je suis aux anges. Pépito se porte hyper bien et je pense même que ce bébé a un tempérament déjà bien trempé ! Lors de cette première échographie à l’hôpital, nous avons ( la sage femme, mon compagnon et moi) tenté pendant 1 heure d’apercevoir son profil pour faire les vérifications mais il en avait décidé autrement. On s’y est repris à 3 fois. Je me revois en train de sauter à cloche-pied pour le secouer et tenter de le faire bouger. Mais non ! il nous tournait le dos, se grattait la tête mais n’était pas décidé. Cela nous a permis de voir sa magnifique colonne vertébrale et d’admirer la magie de notre corps. Néanmoins, je reste persuadée qu’il a le caractère têtu de son père ? lol J’ai aussi fait tous les tests, oui parce que à 35 ans vous êtes « vieille » et vous basculez dans la catégorie « grossesses qui commencent à être à risque » ! ça fait plaisir 🙂 Mais je m’en fous car Pépito a décidé de rester ! Ah, oui au fait, après cette écho, impossible de continuer à l’appeler Pépito ! J’ai eu la preuve devant mes yeux qu’un petit être était en mouvement et il ne ressemblait plus du tout à une graine; mais a un petit bébé tout chou. De Pépito, il est passé à BEBE !!! C’est un vrai cap dans ma tête. Je peux me laisser complètement glisser dans cette nouvelle vie sportive remplie d’amour… Bon, n’empêche que pour paraphraser une amie :  » Bébé organise sa chambre » et sur le plan physique se traduit par :
  • un ventre douloureux car ayant les abdos très compacts, mes organes sont mis à rude épreuve. C’est un peu comme faire le grand écart quand vous êtes raide comme un manche à balai 🙂 Les organes se déplaçant, ma tablette de chocolat s’écarte pour faire de la place, le muscle le plus profond, le transverse s’étire encore et encore, sauf que c’est tout l’inverse que je lui ai jusqu’à présent demandé ! Du coup, mon ventre me gratte, j’ai l’impression que ma sangle abdominale va exploser… et comme les abdos sont accrochés dans le dos, tout bouge !
  • le nerf sciatique droit me lance car la position allongée sur le coté la nuit étire fortement les muscles des fessiers, les ligament du bassin. Bassin qui est en mutation, qui s’ouvre… Allez + 5 cm de tour de fesses mais c’est pour la bonne cause !
Sur les conseils de mon généraliste, je file chez le kiné pour m’aider à faire de la place… Allez hop: 12 séances à caler dans l’agenda. Pour moi c’est la révélation : Je dois aider mon bébé à trouver sa place au quotidien, car plus il sera à l’aise, plus je serais en mesure de bouger et être détendue. La stratégie quotidienne du 4ème mois ? Gagner en souplesse
  • la taille
  • les abdos
  • l’avant des cuisses
  • détendre le bas du dos pour soulager la colonne et la garder bien mobile.La suite au prochain épisode car j’ai encore pas mal de chose à vous partager ! N’hésitez pas à partager aussi vos souvenirs ou conseils. C’est toujours intéressant de connaître aussi votre aventure !
Namasté! Julie]]>